MassVulScan.sh, identifiez rapidement les ports ouverts sur votre réseau et les hosts vulnérables

Introduction

Il y a quelques temps, je cherchais le moyen d’identifier rapidement et efficacement tous les ports accessibles sur différents sites distants connectés à Internet (la quantité de hosts publics représentait un /24). Et je voulais m’assurer, par la même occasion, qu’il n’y avait aucun host qui exposait un service comportant des failles connues.

Jusqu’à présent j’utilisais indépendamment différents outils comme les classiques, mais efficaces, Masscan et Nmap pour obtenir ce que je voulais. Après traitement des résultats, j’exportais cela dans un fichier texte ou un bête fichier HTML. C’est plutôt fastidieux et le processus mal optimisé.

J’ai commencé à chercher un outil qui permettait d’identifier rapidement les ports ouverts et de ne scanner que les hosts ayant un ou plusieurs de ces ports ouverts (et que ceux-ci). Le tout en traitement parallèle afin de gagner du temps. Et pour finir, qu’un beau rapport soit généré, facilement exploitable. Mais n’ayant pas trouvé ce que je cherchais, j’ai décidé de le développer moi-même (en bash) et le voici ! MassVulScan.sh !

Démonstration de MassVulScan

L’idée est de combiner la puissance du scanner Masscan pour trouver des ports ouverts, l’efficacité du scanner Nmap pour identifier les services ouverts et leur version, et enfin le script NSE vulners.nse pour identifier les vulnérabilités potentielles (CVE).

Pour accélérer la phase de reconnaissance de Masscan, une phase préalable de découverte permet d’identifier rapidement les hosts en ligne à scanner.

Une fois la phase de reconnaissance terminée, le fichier de sortie est traité afin de trier et rassembler tous ports à scanner par host. Ce qui permet d’optimiser les scans de Nmap. Il y aura autant de sessions Nmap qu’il y aura de hosts à scanner avec des ports ouverts (deux sessions différentes par host si des ports sont découverts avec TCP et UDP).

Pour finir, deux rapports seront générés, l’un concernant les hosts ayant de potentielles vulnérabilités et le second concernant l’exhaustivité des hosts ayant des un ou plusieurs ports ouverts.

Téléchargement et installation

Vous trouverez tous les détails sur Github pour l’installation : https://github.com/choupit0/MassVulScan

Certains pré-requis seront nécessaires pour son fonctionnement, dont voici la liste :

  • apt : build-essential git wget tar libpcre3-dev libssl-dev libpcap-dev net-tools locate xsltproc
  • git : masscan (v1.0.5) vulners.nse
  • source : nmap (v7.70)

Pour ceux qui utilisent un OS de la famille Debian, leur installation ou mise à jour sera automatique 🙂

Paramètres

  • -f | –include-file : fichier des hosts à scanner
  • -e | –exclude-file : fichier des hosts à exclure du scan
  • -i | –interactive : choix des ports à scanner et vitesse (Masscan)
  • -c | –check : détection des hosts en ligne
  • -a | –all-ports : scan exhaustif de tous les ports (1-65535, TCP/UDP)

Explications

Le seul paramètre obligatoire est le fichier en entrée (-f | –include-file) qui doit inclure la liste des hosts ou sous-réseaux à scanner. J’ai fait ce choix car dans mon cas, de nombreux sous-réseaux (privés ou publiques) sont scannés, c’est plus simple à gérer avec des commentaires pour chacun.

Par défaut, seuls les 1000 ports les plus populaires seront scannés à une vitesse maximum de 5000 paquets par minute (pour Masscan).

Il est aussi possible d’exclure des hosts ou sous-réseaux (-e | –exclude-file), même format de fichier que le fichier en entrée.

(à noter que pour le moment, le script n’est compatible qu’avec des adresses IP, pas de hostname).

Un autre paramètre peut être ajouté (-c | –check) si l’on souhaite au préalable identifier les hosts qui sont en ligne avant de lancer la phase d’identification des ports ouverts avec Masscan. Cela peut être un gain de temps considérable pour Masscan.

Une autre option disponible (-a | –all-ports) permet d’indiquer au script de scanner la totalité des ports de 1 à 65535 pour les protocoles TCP et UDP à une vitesse maximum de 5000 paquets par minute (pour Masscan). Attention, sur certains réseaux cela peut être trop élevé, passez par le mode interactif dans ce cas (ci-dessous). En effet, il peut y avoir des perturbations et vous risqueriez de perdre le contrôle… je vous suggère d’utiliser la commande « timeout » si vous n’êtes pas sûr de vous au début, c’est bien pratique.

Enfin, un dernier paramètre est le mode interactif (-i | –interactive) qui vous permet de choisir la liste des ports à scanner ainsi que la vitesse de scan de Masscan.

Fonctionnement et particularités

Interfaces réseaux

J’ai commencé récemment à m’amuser sur le site de pen-testing https://www.hackthebox.eu, j’ai ainsi eu l’occasion de tester mon script et de l’améliorer pour le coup.

Il faut savoir que pour accéder aux différents labs, un VPN est monté avec OpenVPN. Dans mon cas, une nouvelle interface « tun0 » est créée avec une IPv4 dans le subnet 10.10.14.0/23, ainsi qu’une route pour atteindre les différents serveurs virtuels (10.10.10.0/24 via 10.10.14.1).

Le problème c’est que Masscan, qui est appelé au début du script, n’utilisera par défaut que l’interface qui possède la route par défaut, en l’occurrence celle d’Internet (« eth0 » par exemple)… du coup impossible de scanner les serveurs.

Le script détectera donc si plusieurs interfaces réseaux existent et vous demandera de sélectionner celle à utiliser pour atteindre les hosts. Pas de problèmes pour Nmap qui gère cela correctement : le scan d’un côté pour identifier les services (interface « tun0 ») et la récupération des CVE associées via une API chez https://vulners.com (interface « eth0 »).

Masscan -> Nmap, passage de relais

Dans un soucis d’efficacité, le script rassemblera tous les ports identifiés comme ouvert par host. C’est à dire qu’une fois que Masscan aura identifié tous les ports ouverts, le script fera un tri pour que Nmap puisse lancer la reconnaissance de services uniquement sur les ports ouverts. Exemple de fichier intermédiaire trié et préparé pour Nmap :

Fichiers d’entrées TCP et UDP pour Nmap

Nmap, plus rapide avec le parallélisme

Toujours dans un soucis de performance, le script lance autant d’instances Nmap qu’il y a de hosts à scanner, elle fonctionnent toutes en parallèles :

Lancement des scans Nmap

Ce qui fait que le temps maximum d’exécution de Nmap dépendra donc uniquement du scan qui aura pris le plus de temps, et non du temps total des scans Nmap si nous étions en mode « série » (à la queue leu-leu).

Identification des CVE avec vulners.com

Pour l’identification des CVE, le script s’appuie donc sur le site de https://vulners.com via une API. Il en existe d’autres mais c’est le plus fiable que j’ai trouvé. De plus, il trie directement les CVE par ordre de criticité, ce qui est bien pratique :

Exemple de vulnérabilités identifiées et triées pour un host donné sur le port SMB/SAMBA

Le site fait un gros travail pour fournir des données les plus à jour possibles.

Rapports

Si après analyse des hosts ont été détectés comme « potentiellement » vulnérables, un fichier au format TXT sera généré comportant uniquement ceux-ci. Cela permet de se concentrer dessus (avec tentative de résolution reverse DNS) :

Rapport sur les hosts vulnérables

Ensuite, un second fichier au format HTML sera cette fois généré comportant l’exhaustivité des hosts identifiés avec des ports ouverts. Pour ce dernier, j’utilise l’excellent template Nmap XSL avec bootstrap « nmap-bootstrap.xsl » qui produit de beaux rapports et qui surtout permet de filtrer et trier nos résultats :

Rapport Nmap avec le template « nmap-bootstrap.xsl » sur les hosts ayant des ports ouverts

Performance

Pour évoquer la performance du script, un dessin vaut mieux qu’un long discours. Ci-dessous une capture d’écran du déroulement complet d’un scan dont voici les caractéristiques :

  • 235 hosts scannés
  • concernant 131068 ports (65534 ports tcp + 65534 ports udp)
  • à raison d’une cadence de 2500 paquets par seconde (Masscan)
  • puis 82 scans Nmap lancés en parallèles pour détecter les services actifs et vulnérabilités éventuelles
  • concernant 236 ports ouverts
  • et enfin génération des rapports
Seulement 03h30 pour scanner 235 hosts sur 131068 ports…

Il est toujours possible d’améliorer encore la vitesse d’execution du script en augmentant le nombre de paquets par seconde de Masscan, tout dépend de la qualité de vos liens Internet et de votre réseau interne.

Mais attention à ne pas perturber votre infrastructure, changez la valeur graduellement.

Mot de la fin

Voilà, j’espère que cet article vous donnera envie de tester mon script.

J’apporte régulièrement de nouvelles fonctions et cherche à l’optimiser constamment, je suis ouvert aux critiques et propositions d’amélioration.

Dernière chose, mon anglais n’est pas parfait, soyez indulgent ! (je parle du script).

Merci de m’avoir lu jusqu’au bout, j’attends vos commentaires maintenant 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.